Le Prix des Libraires 1996 attribué au Livre de saphir de Gilbert Sinoué

Dans une Espagne déchirée par la guerre de reconquête et l’Inquisition, trois hommes vont partir à la recherche de ce mystérieux ouvrage. Trois hommes que tout sépare : un juif, un moine franciscain et un Arabe. Ils n’auront pas d’autre choix que d’unir leur prodigieux savoir pour accéder à la plus grande révélation de tous les temps. Doña Manuela Vivero, proche d’Isabelle la Catholique, va croiser leur route. Elle est détentrice, affirme-t-elle, de la clé, l’ultime, celle qui conduit au Livre…

Le mot de l’auteur (tiré sur site www.sinoue.com) : « Et si Dieu refusait d’être enfermé dans une religion ? Si Juifs, Chrétiens, musulmans, étaient tous dans l’erreur ? Si la vérité, la Grande, était ailleurs ? Hors des traditions et des mythes religieux. Si la réponse n’était inscrite ni dans la Torah, ni dans le Nouveau Testament, ni dans le Coran, mais dans un autre livre… invisible, et pourtant omniprésent.« 

Enthousiasme sans limite dans les commentaires des lecteurs sur www.amazon.fr

Hervé M Lecteur tous azimuts

Eblouissant d’érudition, éblouissant de maîtrise historique, éblouissant de connaissance religieuse, éblouissant de qualité romanesque servie par une brillante intrigue. Réussir un ouvrage réunissant toutes ces qualités est un tour de force, que l’auteur a réalisé pour notre plus grand plaisir.

En 1487, sous l’inquisition espagnole, créée en 1478 par Fernando d’Aragon et Isabelle de Castille souverains d’Espagne, trois hommes, que tout oppose en apparence, vont partir en quête d’un mystérieux livre de saphir sensé contenir la parole Divine. Pour cela ils devront suivre un parcours semé d’embûches, guidés par les énigmes laissées par un non moins énigmatique érudit, mort sur le bûché du grand inquisiteur Torquemada.
Ces trois hommes, brillants lettrés, sont les dignes représentants des trois religions d’Abraham. Chacun attend, à la lecture du livre de saphir, avoir la révélation que sa religion est la vrai, la seule et l’unique. Qu’en sera-t-il ?
Au cours de ce périple les trois personnages vont nous donner une très grande leçon de respect, de tolérance, d’ouverture d’esprit, de fraternité et d’espoir qui ne sont pourtant pas monnaie courante en ces temps troublés de l’inquisition.

C’est le troisième roman de Gilbert Sinoué que je lis, et je vous avoue que je suis littéralement envoûté par sa plume. Le style est magnifique : riche, profond, transmettant les émotions et les idées avec force. Les thèmes traités sont toujours riches d’enseignement. Le romanesque et l’historique toujours de grande qualité.
Il est certain que dans mes prochaines acquisitions de livres il y en aura beaucoup de Gilbert Sinoué.

En ce qui concerne celui-ci ! allez-y, c’est un vrai régal.

L’avis de Barberousse

Un grand moment que cette lecture. Il fait parti de ces romans de plus de 600 pages dont on se dit que c’est trop peu. On peut sentir la chaleur de l’andoulasie, les odeurs des oliviers, le sang des damnés. On entend le chant des muezzins andalous, des clochers de castille, le bruit des sabots des coursiers. Mais surtout on sent le souffle du rabbin, la sueur du chaykh, la fougue du moine et l’odeur de jasmin de dame Manuela.
C’est la tolérance sans jamais se renier soi même. C’est accepter l’autre au dela de sa différence et de sa religion. L’histoire de trois religieux trés pratiquants et trés intelligents qui s’acceptent parce que pour s’accepter nul besoin de se comprendre.
Simplement génial car cette intrigue fantastique (et humaniste) est de plus servie par le talent de conteur oriental de G.Sinoué.
J’espère vous avoir donner envie de le lire, c’est le moins que je pouvais faire pour rendre hommage à ce roman.

Lindelle

Je crois que je ne benirais jamais assez l’ami qui m’a offert ce livre !!
Jamais je ne suis sortie d’un livre avec un tel émerveillement, un tel sentiment d’avoir lu une grande oeuvre, un tel ravissement et surtout une telle humilité devant le génie de son auteur.

Le livre de saphir est une vrai lecon de tolérance, une vraie étude des trois religions, de leur complexité, de leurs différences, de leurs ressemblances, de leur interdépendance et enfin et surtout démontre que l’homme en fin de compte, quelle que soit sa religion, peut toujours arriver à accepter son voisin d’une autre confession et meme à l’estimer et à le respecter.

De plus, l’auteur situe l’action du livre en Espagne, dans des coins, des villages que je connais personnellement et que pour certains, j’ai revisité en pensant aux personnages et en les imaginant dans telle abbaye, telle église, sur telles routes.

Une merveille à lire, à relire, à recommander, un ouvrage dépaysant, romanesque, historique, bien documenté, une morale et une démarche humaniste… du grand livre….

Publicités
Cet article, publié dans DIVERS, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s